• Sylvie Martin, psy

Apprenez à vous chicaner!

#reglerlachicane,#gererconflit




Stratégies de résolution de "chicane" pour : couple, amis, collègues, patrons, enfants....


Comme le disait si bien monsieur Yvon Dallaire, un couple qui sait comment se chicaner augmente sérieusement la probabilité de longévité du couple.


La chicane c'est un conflit et le conflit est sain si nous savons comment le gérer.


Peur du conflit, pourquoi ?

Nos comportements stéréotypés, notre éducation, notre passé, tout ce qu'on a introjecté depuis notre enfance comme la peur du rejet, la peur de l'autorité, la peur d'être fautif ou brimé représentent des facteurs contributifs à notre peur du conflit.


L'absence de conflit révèle souvent une incapacité à exprimer ses besoins réels menant ainsi à des relations plutôt superficielles.


Définition du conflit

  • Le conflit est un combat, une rencontre d'éléments, de sentiments contraires qui s'opposent.  Les sentiments de colère, tristesse, peur, haine, anxiété émergent du conflit.

  • Lorsque je réprime une émotion, un sentiment (ex: je ne veux pas que l'autre perçoive mon égoïsme) ou lorsque je projette sur l'autre (ex: j'accuse l'autre de quelque chose dont je suis coupable), j'utilise ainsi unmécanisme de défense.

  • Pour mieux comprendre la face caché du conflit, il faut aborder le concept de polarité.  La polarité exprime les opposés sur un continuum, comme par exemple: le noir s'oppose au blanc, la confiance à la méfiance, la gentillesse à la mesquinerie, le contrôle à l'impulsivité, la dureté à la douceur, l'anxiété à la détente, la masculinité à la féminité, l'égoïsme à la charité, la joie à la tristesse. 

  • La rigidité, la peur du changement, les anciennes croyances, l’orgueil, sont autant de facteurs pouvant entraver la résolution du conflit.


Prendre l'habitude d'être à l'écoute de votre vie intérieure et réactions physiologiques (le corps nous parle comme le dit si bien Lise Bourbeau). Prendre contact avec ce que vous n'aimez pas de vous.Entrer en contact avec ce que vous désavouez. Par exemple, si de tout temps, vous avez acquis une réputation d'une femme très gentille, d'une collègue à qui on peut tout demander, toujours prête à aider, malgré sa propre surcharge de travail, si vous êtes l'amoureuse qui dit presque toujours oui au conjoint peu importe vos goûts, si vous êtes la maman qui craignez d'être trop sévère envers vos enfants et préférez faire les tâches ménagères seule plutôt que de vous obstiner auprès de vos enfants, il est fort probable qu'au fond de vous, "LA GÉNÉREUSE" en "a marre" et qu'à l'opposé, "L'ÉGOISTE" aimerait bien sortir du placard et prendre du temps pour elle. Laisser de côté tout ce que vous avez déjà appris sur le conflit si vous étiez du genre à fuir les problèmes, "les mettre sous le tapis" ou vous dire que le temps arrangera bien les choses.


Si vous utilisez la même stratégie de gestion de conflit avec l'autre et que cela n'a jamais fonctionné, ce n'est pas en la répétant une 100e fois que cela va marcher, il faut changer vos stratégies et ce court texte vous suggère une avenue différente. Essayez, testez et récolter le fruit de vos efforts positifs.Le fait de renoncer à votre essence, à vos besoins, construit le "volcan" qui soit implose à l'intérieur (mal à dire = maladie) ou explose sur les autres sans crier gare.


Les résultats attendus suite à une saine gestion du conflit

Le conflit créateur permet de clarifier, de vérifier, de grandir, de bâtir, de s'améliorer. Il existe des relations qui sont et vont demeurer incompatibles, car trop opposées, ou trop parallèles (ne se rejoignent pas) donc inutile d'essayer 1000 fois.


La démarche de gestion de conflit (chicane) en quelques mots

En guise de pré-requis, il importe de croire au fait que lorsque le conflit est bien géré, tout le monde gagne.Faire face rapidement au conflit.Chercher à comprendre ce qui a bien pu motiver l'autre à poser tel geste ou dire tel parole, valider vos perceptions et surtout écouter l'autre, son point de vue. Adresser à l'autre ce qui ne va pas, toujours en respectant et préservant l'estime de l'autre. Ne jamais accuser l'autre pour exprimer ses émotions, sentiments, mais plutôt parler de vos besoins. Lorsque vous accuser, l’autre est en mode protection et ne vous écoute plus. Dédramatiser la situation avec l'humour (pas du sarcasme!). Négocier des solutions réelles.