• Sylvie Martin, psy

Avez-vous un déficit d'attention? Impacts et solutions Par Sylvie Martin, psy

#déficitattention



Avez-vous un déficit d'attention?
Avez-vous un déficit d'attention?

Impacts et solutions

Par Sylvie Martin, psychologue, Laval, Québec, Canada (www.equilibrevie.com)

*Prenez note que cet article ne peut pas remplacer une consultation médicale ou une évaluation réalisée par un psychologue, membre en règle de l’Ordre des Psychologues du Québec (Trouver un psychologue)


Qu’est-ce que le TDA-H ?

· Disons d’emblée qu’il existe au-delà de 379,000 références sur le moteur de recherche Google sur le sujet du Tda-h adulte. Le but de cet article consiste à fournir les grandes lignes de la problématique et à vous transmettre des informations pertinentes.

· Pour ceux et celles qui préfèrent écouter plutôt que lire sur le sujet, je vous suggère un excellent reportage diffusé le 16 novembre 2014, à l’émission Découverte ( TDA-H adulte, émission Radio-Canada 2014).



· Le déficit d’attention est un trouble neuro développemental affectant les fonctions exécutives, l’inhibition des pulsions et l’activité motrice.

· Les fonctions ou habiletés exécutives permettent à l’individu de s’investir dans une activité intentionnelle. Elles aident à résoudre des problèmes et faire face à des situations nouvelles ou complexes.

· On peut dégager deux profils de déficit d’attention en lien avec le fonctionnement du cerveau soit avec une lenteur d’exécution pour traiter les informations ou un cerveau hyperactif.


Sous-types de déficit d’attention et symptômes

Inattention, impulsivité, hyperactivité

Symptômes d’inattention :

a) Omet de porter attention à des détails ou fait des erreurs d’inattention

b) Difficulté à soutenir son attention lors de tâches ou activités

c) Ne semble pas écouter lorsqu’on s’adresse à lui, distrait

d) Difficulté à se conformer aux consignes et ne parvient pas facilement à terminer ses travaux, tâches professionnelles (commence et perd rapidement le focus, s’éparpille)

e) Difficulté à s’organiser (gestion du temps compliquée, difficulté à respecter les échéanciers)

f) Évite ou repousse les tâches qui demandent un effort mental soutenu (surtout ce qui ne l’intéresse peu ou pas)

g) Perd des objets nécessaires à son travail ou activités

h) Facilement distrait par des stimuli externes et par toutes les idées qui circulent dans sa tête

i) Fait des oublis fréquents dans la vie quotidienne (ex : retourner un appel, un achat… un rdv)

Symptômes d’hyperactivité-impulsivité

a) Remue souvent les mains ou les pieds, bouge sur son siège

b) Se lève souvent quand il devrait être assis

c) Court dans des situations où cela est inappropriée

d) Souvent incapable de faire une activité qui demande de rester tranquille

e) Grand besoin d’être en action, comme poussé par un moteur

f) Parle souvent de façon excessive (verbo moteur)

g) Laisse souvent échapper la réponse avant la fin de la question

h) A souvent de la difficulté à attendre son tour (en ligne d’attente..)

i) Peut interrompre les autres, s’imposer aux autres.

j) Tendance à prendre des décisions sans trop réfléchir aux conséquences (ex : acheter un chalet hors de prix, être infidèle…)


** Le DSM-5 * indique que pour diagnostiquer un déficit d’attention, la présence minimale de 5 symptômes et plus est requise chez toute personne de 17 ans et plus. Plusieurs symptômes étaient présents avant l’âge de 12 ans et il existe une gêne fonctionnelle ou un problème d’adaptation dans au moins 2 sphères de la vie adulte (ex : travail, relation interpersonnelle). Pour parler d’un déficit d’attention, les difficultés ne doivent pas être reliées à un traumatisme, à des difficultés sévères personnelles ou autre problème émotionnel.


*DSM-5 : est la cinquième édition du DSM ou Manuel diagnostique et statistique des troubles mentaux de l'Association Américaine de Psychiatrie.

De l’avis de Marie-Claude Guay, Ph.D et enseignante à l’UQAM, 80 % des jeunes ayant un TDA-H vont continuer d’avoir ce problème à l’âge adulte. Toutefois, l’American Psychiatric Association, 2013 (Auclair, V., Harvey, P., & Lepage, M. 2016) estime à 5% la prévalence internationale de ce trouble chez l’enfant et une persistance dans la vie adulte à 50% des cas.


En bas âge, on observe d’abord des comportements d’hyperactivité et/ou d’impulsivité qui tendent à s’estomper avec l’âge mais l’inattention serait présente peu importe l’âge (voir figure 1)



Hyperactivité, impulsivité
Hyperactivité, impulsivité

Impacts du déficit d’attention dans la vie adulte ?

Lorsque les fonctions exécutives sont atteintes, elles affectent les zones suivantes, tel qu’illustrées à la figure 2 (Kessler et al., 2010 tel que cité par Auclair,V. et al., 2016).



Équilibre de vie
Équilibre de vie

Le trouble déficitaire de l’attention avec ou sans hyperactivité (TDA/H) affecte environ 2,5 % de la population adulte mondiale. Les symptômes des patients TDA entraînent souvent un dysfonctionnement au niveau affectif, social et professionnel.

Le diagnostic différentiel reste difficile en particulier avec les troubles de la personnalité, les troubles anxieux ou les troubles de l'humeur, d'autant plus que les troubles associés sont fréquents (Grosse et al., 2007). Puisque les manifestations du déficit d’attention peuvent s’apparenter à un trouble anxieux, la psychologue Marie-Claude Guay (2013), suggère de traiter le trouble anxieux pour écarter cette probabilité.




Les adultes avec déficit d’attention sont plus à risque de vivre des problèmes fonctionnels au niveau académique, émotionnel, social et occupationnel (Barkley, 2002 cité dans Auclair et al., 2016). On observe parmi ces adultes, un taux plus élevé de congédiement, un niveau plus élevé de comportements antisociaux, d’arrestations, plus de difficultés maritales et parentales (Kessler et al., 2006 cité dans Auclair et al., 2016).

Dans mon cabinet privé, à titre de psychologue, je constate que les adultes ayant un déficit d’attention, comptent parmi la catégorie la plus à risque de fréquent changement d’emploi, de procrastination, de manque de fiabilité, de relations amoureuses tumultueuses. Les personnes ayant peu d’impulsivité gèrent mieux leurs relations.


L’évaluation du déficit d’attention

Si vous désirez en apprendre davantage sur le déficit d’attention, visitez le site internet de CADDRA (http://www.caddra.ca/fr). Sur cette page du site internet, consultez en bas à droite la section « Formulaire » ensuite « adulte » et vous obtiendrez des versions en format PDF pour télécharger. Sur le site, il y a des formulaires d’auto-évaluation ainsi que des formulaires à compléter par des proches qui vous connaissent bien.


Si vous optez pour une évaluation avec une batterie de tests psychométriques, dans ce cas, je vous conseille de consulter le site de l’Ordre des psychologues du Québec (https://www.ordrepsy.qc.ca/accueil). À droite de l’écran, vous pourrez « Trouver de l’aide » en cliquant sur « Démarrer votre recherche ». À la question « Quel est le motif de la consultation ? » vous inscrivez: « Déficit d’attention »; « Pour qui est-ce? » : Adulte; « Où? » : indiquez votre région. Renseignez-vous auprès du psychologue ou du neuropsychologue sur les tests et la démarche proposés.

Sachez que pour obtenir une évaluation fiable, des conditions préalables sont requises. À titre d’exemple, si vous faites l’essai d’un nouveau médicament, il faut attendre un certain temps pour un effet stable. La consommation d’alcool et une évaluation neurologique ne font pas bon ménage!


Suggestions pour réduire les impacts du déficit d’attention

Disons d’emblée, que les individus avec déficit d’attention possèdent des qualités et non pas seulement des limitations. En effet, ils sont généralement pourvus de grande créativité, d’intuition, de curiosité. Les plus hyperactifs s’impliquent souvent dans les sports et sont excellents s’ils réussissent à bien s’orienter dans l’aire de jeu. Ils vont carburer et s’épanouir s’ils sont affairés à plusieurs projets. Ces gens aiment produire des résultats rapides et tendent à tourner les coins ronds et omettent certains détails. D’autres requi