• Sylvie Martin, psy

Décider: oui ou non?

#decisiondifficile,#doute,#peurdedeplaire,#estimesoi


Il faut quitter une enveloppe pour mieux se déployer

Décider amène forcément de passer d'un état à un autre!


Quitter le 1er but vers le 2e but

En thérapie, bien des clients ne perçoivent pas aisément leur propre changement ou progrès, car bien souvent, ils attendent que leur entourage leur confirme qu'ils ont changé ou encore ils attendent de voir un résultat mirobolant! Parler de décision implique la notion de changement.Un joueur de baseball ne peut pas être à la fois sur le 1er et 2e but. Il doit choisir et évaluer les risques. Il n'a pas le temps de faire l'exercice des 2 colonnes : a) les pour b) les contre. Le joueur se fie à son intuition et il est totalement imprégné du moment présent pour se laisser guider par tout ce qu'il perçoit dans son environnement. S'il court vers le 2e but, il prend le risque et en assumera les conséquences.


Si vous observez l'illustration des 15 tableaux, vous verrez sans doute que le 1er et le 15e tableau sont différents. Pourtant, si vous y regardez de plus près et tentez de trouver les nuances entre le 1er et le 2e tableau et ainsi de suite, c'est vraiment plus difficile, il y a un changement microscopique. Le 1er tableau représente le visage d'un homme et le dernier celui d'une femme à la longe chevelure qui regarde vers sa gauche.




Vous prenez des décisions multiples à chaque jour.

Par exemple, un certain matin, vous décidez de rester au lit plus longtemps pour prolonger votre confort douillet, impliquant plus de stress car vous devez courir pour rattraper le temps. Si vous avez agi ainsi, c'est que vous avez cru que les risques positifs de flâner au lit étaient supérieurs aux risques négatifs. Ou, cela peut être aussi, que vous êtes habitué de fonctionner sous l'adrénaline du stress et que vous en avez même besoin pour vous motiver à avancer. Si ce stress ne cause pas de dégâts collatéraux, c'est super. Il serait sage toutefois de bien sonder votre corps, vos états d'esprits en toute honnêteté, pour réellement prendre régulièrement le pouls de votre état de santé émotionnelle, mentale et physique. Mine de rien, le stress engendré par une gestion de votre temps inadéquate, peut se répercuter sur vos proches via votre irritabilité, votre impatience..!


Quand vous déjeunez, vous faites des choix, vous avez décidé de prendre des céréales au lieu des crêpes. Vous faites des choix constamment. Les personnes qui mangent plus qu'à leur faim, c'est souvent parce qu'elles ont regretté leur premier choix. Les gens qui accumulent beaucoup d'objets, n'arrivent pas à décider de les laisser aller. Se débarrasser d'objet, implique un deuil.

Si vous êtes aux études et que vous ayiez décidé de ne pas étudier car vous avez une grande confiance en vous, vous avez pris un risque! Si vous répétez cette stratégie et que la plupart du temps, vous échouez vos examens, il est fort à parier que vous allez organiser votre temps d'étude autrement. Si la réussite ou l'échec vous indiffère, demandez-vous pourquoi vous investissez temps et argent dans ce programme d'études?


Je vous entends dire: "Mais moi, je n'ai pas le choix, je dois aller travailler même si je n'aime plus mon environnement de travail, car j'ai des comptes à payer" ou encore "je dois rester avec mon conjoint même si je ne l'aime plus, car les enfants sont trop jeunes... ". Il est vrai que cela fait peur de changer, de quitter votre monde connu pour l'inconnu. Quand ce "manteau de peur" vous couvre, c'est lourd à porter et peu de solutions intéressantes risquent de vous venir à l'esprit pour changer et améliorer votre situation. Lorsque la peur existe, c'est comme un épais brouillard.


Oseriez-vous conduire votre voiture, si à moins de 3 pieds de vous, le brouillard vous bloque la vue? Je crois que vous auriez la sagesse d'arrêter votre voiture, de vous garer en lieu sur et une fois le brouillard dissipé, vous reprendriez la route.


Pour prendre une décision éclairée, au lieu de laisser la peur vous brouiller l'esprit, vous pouvez prendre un temps d'arrêt pour consulter un professionnel de votre choix et discuter de ce qui vous fait peur.


Le fait de discuter des peurs qui vous freinent, vous paralysent vous donnera l'occasion de voir d'autres possibilités et surtout de prendre confiance en vos ressources.


J'ai accompagné comme psychothérapeute plusieurs centaines de personnes qui se percevaient "victimes des événements" et qui ont fait un cheminement extraordinaire. Ces personnes ont dans certains cas choisi de quitter leur emploi et d'autres ont quitté leur conjoint en faisant confiance à la vie et surtout à leur ressources intérieures nouvellement découvertes. Toutes ces personnes qui ont osé et pris le risque, m'ont confié qu'elles ne regrettent pas leur décision et que cela a marqué le début d'une nouvelle vie. D'autres clients ont choisi d'investir davantage dans leur relation et de donner toutes les chances possibles à leur couple pour surmonter les obstacles jadis identifés en thérapie. Chaque cas est unique.


Je ne peux pas partir! Est-ce vrai à 100 %?

Si vous percevez que vous n'avez pas le choix de rester avec votre conjoint, demandez-vous, ce qui vous empêche réellement de partir? Vos enfants ne voudraient-ils pas avoir une mère ou un père qui prend à coeur sa santé personnelle? Est-ce vrai à 100 % que quelque chose ou quelqu'un vous empêche d'agir ? Si votre conjoint menace de se suicider, vous portez en vous cette lourde responsabilité qui en fait ne devrait pas l'être. La personne qui désire s'enlever la vie doit aller chercher des ressources externes au lieu de tout faire reposer sur vous.

Si vous restez dans une situation qui vous déplait, il est fort probable que vous déverser vos sentiments négatifs sur votre partenaire, ou vos proches, car vous êtes déçu, peut-être même fâché. Si réellement vous assumez votre choix, votre décision, cela se résume à dire que vous vous engagez dans l'action pour en tirer le meilleur parti possible. J'ai donné un nom à cette résilience, soit le "FLIP, FLOP and FLY". En effet, car vous partez d'une situation difficile, vous l'examinez pour en apprendre davantage sur vous-même et vous en tirez le maximum de positif. Chaque événement vous offre l'opportunité de mieux vous connaitre. Ayez confiance que votre découverte intérieure recele des trésors insoupçonnés. Plusieurs clients m'ont rapporté avoir retardé le moment d'entreprendre une thérapie car ils redoutaient d'aller à la découverte d'eux-mêmes. Une fois débutée cette aventure, ils sont agréablement surpris car ils sont en contact avec leurs blessures mais aussi leurs grandes richesses.


Si vous décidez d'acheter un billet pour Paris au lieu du Mexique, vous irez à Paris. Une fois rendu à Paris, si le voyage est en deçà de vos attentes, vous assumez pleinement votre choix et ne remettez pas en doute de ne pas avoir choisi le Mexique. Assumer votre décision voudrait dire, transformer tout ce qui vous est possible pour rendre ce voyage agréable. Par exemple, si le vol d'avion est retardé, au lieu de vous en prendre aux agents de bord ou au personnel de la compagnie d'aviation, exercez-vous à développer de l'empathie pour ces gens qui jour après jour, sont "bombardés" de critiques de passagers qui ne comprennent pas qu'ils n'ont pas l'autorité de faire décoller à temps les avions et qu'il y a des imprévus dans la vie. Profitez-en pour aller vers des gens, faire de nouvelles rencontres, écrire des lettres d'amour, visualiser vos désirs, vos prochains rêves, etc. J'appelle cela, "surfer avec la vague", autrement dit, vous pratiquez votre habileté à tirer profit de situation non planifiée.


Plus vous pratiquez cette aptitude à composer avec ce dont vous n'avez pas de contrôle, plus votre niveau de stress, d'anxiété seront à la baisse.



Les membres qui fréquentent des réunions pour vaincre la dépendance à une substance apprennent à utiliser "La Prière de Sérénité" qui prend tout son sens pour gérer le changement et réduit énormément le stress ou l'anxiété toxique. Si vous ne croyez pas en Dieu ou en quoique ce soit, conservez l'idée générale , soit: la Sérénité d'accepter les choses que vous ne pouvez pas changer, le Courage de changer ce que vous pouvez changer et d'avoir la Sagesse de lâcher prise sur ce dont vous n'avez pas le contrôle.











Vous êtes le réalisateur de votre vie, qu'en faites-vous?

Dans son article "Décider et s'engager", Catherine Bolgert (2014), fait le lien entre la prise de décision et trois étapes: l'incertitude, le deuil et l'engagement.


Ceci m'amène à présenter la prise de décision comme l'effet de la vague et de la courbe du changement.


En effet, si vous êtes dans l'océan et qu'une vague déferle sur vous, vous avez à DÉCIDER parmi plusieurs options :

  1. Je suis passif et je laisse la vague me tomber dessus et ça fait mal; (-) . Je suis victime de la situation qui me fait mal et je reste là!

  2. Je fuis la vague car j'ai vraiment peur qu'elle me rattrape et se casse sur mon dos; (-)

  3. J'ai une décision à prendre face à une difficulté majeure, mais je fais semblant que la situation n'est pas si grave et finalement la difficulté me rattrape et me voilà écroulé!

  4. Si je suis assez grand, je peux m'amuser à sauter par dessus la vague et éviter qu'elle casse sur moi ;(+)

  5. J'ai le pouvoir d'être au-dessus de la difficulté, car je vois loin, j'analyse la situation et je me fie à mon instinct qui m'indique que mes ressources sont supérieures aux exigences de la difficulté

  6. Je fais face à la vague et je plonge au travers en douceur et je m'amuse; (+)

  7. Je prends conscience que je dois agir et que je dois changer quelque chose dans mon attitude, mon comportement et j'envisage donc cette nouvelle façon d'être comme une expérience stimulante, intéressante. Je m'amuse à découvrir qui je suis, mes forces et mes limietes et je passe au travers des situations tout en douceur

  8. Je profite de la force de la vague pour surfer sur elle et me laisser glisser jusqu'au bord de la plage (+).

La vie me pousse fort à prendre une seule direction, car j'ai perdu mon emploi ou je ne suis pas heureux dans tel domaine, donc, j'accepte et je lâche prise face à cet état de fait et je me laisse glisser vers un nouveau chemin, et même je m'amuse à découvrir de nouveaux horizons.


Face à une décision,à un changement, à un imprévu, vous pouvez subir ou rebondir avec! Vous avez le CHOIX !


Face à une décision, vous vivez de l'incertitude et vous évaluez les pour et les contre. Quand vous optez pour aller de l'avant, nécessairement, vous vivez un deuil, car il est impossible d'être à Paris et au Mexique en même temps.


Étapes pour une prise de décision en bref:


Si ce n'est pas une question de vie ou de mort, analyser les pour et les contre, évaluez les risques. Est-ce que le résultat souhaité risque de vous procurer des avantages substantiellement supérieurs à la situation que vous vivez maintenant?


Visualisez les scénarios du pour et du contre et RESSENTEZ dans votre corps les réactions? Par exemple, je quitte mon conjoint, comment mon corps ressent cette possibilité et si je reste avec mon conjoint, que se passe-t-il comme manifestation au niveau de mon ressenti physiologique?


Révisez vos valeurs de vie personnelle, professionnelle et demandez-vous si vous vivez en harmonie avec vos valeurs? Si par exemple vous avez accepté un emploi en nommant clairement votre besoin d'équilibrer temps entre votre famille et le travail et que votre employeur ne cesse d'augmenter votre charge de travail, sans vous donner de conditions équilibrées, votre valeur familiale est en jeu. À vous de vous affirmer et changer les choses que vous pouvez changer!


Si vous décidez en fonction des autres, de peur d'être jugé, vous n'êtes pas sur la bonne piste. Il importe que vous preniez soin de votre bonheur, tout comme on prend le temps d'entretenir un jardin. Comprenez-moi bien, je ne vous suggère pas d'être égoïste ou égocentrique, mais bien de prendre du temps pour vous, faire des choix en fonction de vos intérêts. Si vous ignorez quels sont vos intérêts, car vous aviez l'habitude de faire ce que les autres attendent de vous, aller sur internet et tapez divers mots: "sorties", "activités sociales", "divertissement" etc. Passez à l'action, abonnez-vous à des clubs de marche, des clubs de danse, des clubs sociaux. Lisez le journal local de votre région et vous y trouverez une mine d'or d'information.


Si la situation actuelle est toxique, malsaine pour votre santé physique, mentale, spirituelle, aller chercher de l'aide pour sortir rapidement de cette "impasse"


Référence

Bolgert Catherine, « Décider et s'engager. », Gestalt 2/2014 (n° 45) , p. 36-37 . URL : www.cairn.info/revue-gestalt-2014-2-page-36.htm.


Article rédigé par Sylvie Martin, psychothérapeute, psychologue du travail, formatrice.

Pour toute consultation thérapeutique, communiquez avec Sylvie Martin,psychologue, Laval, Québec (membre de l'Ordre des Psychologues du Québec) par courriel : sylviemartinpsy@gmail.com ou par téléphone au: 450-689-8952

Consultez les articles sur le site de www.equilibrevie.com



Partagez cet article à vos amis (es)!