• Sylvie Martin, psy

Utilisez votre cerveau pour un plus grand bonheur

#cerveaubonheur



Relation entre le cerveau et le bonheur


Article inspiré du livre: Le Cerveau du bonheur par Rick Hanson, Éditions Gallimard, 2015.

Le cerveau qui pèse 1,5 kg, est l’organe régulateur du corps et source principale du bien-être, du développement personnel, de succès et créativité.

Le fait que vous vous sentiez en colère ou détendu, frustré ou comblé, seul ou aimé, dépend de vos réseaux neuronaux (Hanson, 2015, p. 18)

Les études confirment que chaque personne a le pouvoir de changer son cerveau pour le mieux, via la plasticité neuronale. D'ailleurs, depuis 600 millions d'année, notre cerveau a évolué pour trouver des solutions adaptées à l'époque. Toutefois, le cerveau aurait un penchant plus négatif que positif parce qu'on surestime la peur et sous évalue notre potentiel, nos ressources.

Le cerveau agit comme du Velcro sur les expériences négatives, et comme du Téflon sur les expériences positives (Hanson, 2015, p.32)

Les bonnes expériences sont comme de l'eau au travers d'une passoire, à moins d'y porter une attention soutenue et consciente. Pour empêcher le penchant négatif de prendre le dessus, il vous faut apprendre à mettre au premier plan les aspects positifs si minimes soit-il.

Que diriez-vous de ressentir de manière stable et durable le confort, l'acceptation de soi, la bienveillance, le sentiment d'être aimé, la confiance, la paix intérieure? Rick Hanson est convaincu que nous pouvons créer cela par la pratique de techniques qui activent nos états mentaux.

Toute activité mentale - la vision et les sons, les joies et les peines- est basée sur une activité neuronale.  L'activité mentale/neuronale répétée laisse des changements durables dans la structure neuronale: c'est ce qu'on appelle la neuroplasticité liée à l'expérience (Hanson, 2015, p.20)

Plus vous pratiquez les expériences positives, plus facile et plus durable l'état recherché sera ancré en vous.


2 étapes simples pour activer le bonheur:


Activer une expérience positive, l'enrichir, l'absorberLier des éléments positifs et négatifs


1) Activer une expérience positive, l'enrichir, l'absorber

Pensez à vos réflexes acquis avec les années. Par exemple, vous n'avez plus besoin de vous concentrer pour écrire à la main, alors qu'à l'école primaire, vous deviez produire des efforts.

Avec la répétition, le cerveau emmagasine le bon comme le moins bon.  Donc, à vous de choisir ce que vous désirez voir comme récolte dans votre jardin intérieur (esprit). Pour ancrer et absorber en vous des ressources positives et réduire l'impact des expériences négatives, vous scrutez votre passé, votre environnement actuel, vos qualités, ce que vous avez appris de positif au travers les épreuves de vie. Vous pouvez également vous inspirez de ce que vous trouvez bon chez les autres et visualisez des faits positifs. L'idée générale est de vous imprégner de vécu et de ressenti positif significatif pour vous.


Le cerveau conserve des souvenirs positifs et négatifs plus ou moins prononcés selon la nouveauté, la mutlimodalitéet la pertinence personnelle.  Si par exemple, jeune enfant, on va a répété qu'il fallait vous oublier pour être aimé, vous avez ancré cette croyance et agit en conséquence et cela vous nuit peut-être encore à moins d'avoir agit pour vous libérer de la peur d'être jugé négativement par autrui. Si vous avez vécu une nouvelle expérience incroyable qu'est un saut en parachute, c'est aussi gravé en vous.  Plus vos différents sens (odorat, ouïe, toucher, kinesthésie, vue) sont mis à contribution (multimodalité), plus l'expérience est bien enregistrée dans votre cerveau. Si vous accompagnez un ami à un concert de musique classique et que vous n'aimez pas ce style, l'expérience ne sera pas pertinente pour vous et éventuellement ne sera qu'un vague souvenir pour vous.



2) Lier des éléments positifs et négatifs

Quand vous percevez qu'un besoin fondamental n'est pas satisfait, vous êtes en mode "réactif" prêt au combat, ou à la fuite ou à l'immobilisation.  Vous ne pouvez pas être à la fois dans la PEUR et dans la CONFIANCE.   Un mode calme et confiant est requis pour être  réceptif et vivre des expériences positives qui pourront modeler votre cerveau pour le mieux. Pour vous extirper du mode réactif,  accueillez ce qui est présent même si c'est souffrant, ensuite forcez-vous à replonger dans une expérience vécue très positive ou créez-en une. Savourez l'expérience et observez avec gratitude comment votre esprit, votre coeur, votre corps réagissent.

Pour contrer l'inquiétude, le sentiment d'impuissance, vous pourriez puiser dans toute expérience en lien avec la force, la sécurité, le sentiment d'avoir été protégé au lieu de fuir la situation.

Si la tristesse, la frustration, l'ennui, la déception ou le désir de toujours vous surpasser vous épuisent, allez plutôt créer ou référer  à des expériences de gratitude, de plaisir, d'accomplissement et de satisfaction.

Quand vous tissez un sentiment sous-jacent de force et de bien-être en vous, votre bonheur devient de plus en plus inconditionnel, de moins en moins dépendant de circonstances extérieures(Hanson, 2015,  p. 49)

L'affirmation de soi, la bienveillance, la valorisation, la compassion vous aideront à solidifier le sytème d'attachement aux autres et guérir vos blessures d'exclusion, de rejet, d'inaptitude, d'amertume.

Votre cerveau est façonné par ce qui occupe votre esprit ou votre attention.

Pour vous sentir plus aimé, recherchez et prolongez les moments où vous vous sentez inclus vu, apprécié ou chéri.  (Hanson, 2015, p. 18)

La neuroscience est fascinante ainsi que la métaphysique.   La psychothérapie utilise les plus récentes découvertes fascinantes au sujet de la plasticité neuronale. Si comme individu vous avez essayé beaucoup d'approches et que vous ressentez des difficultés à gérer des domaines de votre vie, prenez action, consultez pour vous faire accompagner.  N'évitez plus, ne fuyez plus, foncez et avancer pour un plus grand bonheur, votre cerveau possède d'incroyables ressources, à vous d'en tirer profit.


Avez-vous déjà expérimenté la force de l'attention au moment présent, de l'expérience positive et atteint un état presque permanent de calme, de confiance? Si oui, j'aimerais lire votre témoignage.


Si non, qu'avez-vous tenté jusqu'à présent?  Qu'est-ce que vous retenez de bonde vos essais?


Merci,

Article rédigé par Sylvie Martin, fondatrice de Equilibre vie.


Sylvie Martin est psychologue du travail, psychothérapeute et formatrice.